DOM JUAN

Le festin de pierre…

de Molière

mise en scène et interprété par

Valérie Barral & Thierry Paillard

Présentation

Un drame derrière une comédie


Molière lance, en 1665, après l'interdiction du « Tartuffe », sur les routes gardées de la morale et de la convention, un Dom Juan - « le festin de pierre», accompagné d'une sorte de Sancho Pansa - Zanni.

Cette Odyssée campagnarde confronte, dans son cheminement, Dom Juan aux gardiens de la morale.

Armé de séduction, d'audace et de ruse, sous les yeux incrédules de Sganarelle, il sort vainqueur d'abord pour finalement périr de la main de pierre du Commandeur.

Dom Juan personnage quasi mythique, reste le serviteur d'une comédie à la vertu de critique sociale qui emprunte un instant les chemins égarés du Picaresque et de la Comédia dell'arte. Molière opère pour le conte moral et met au point une excellente machine optique à rapprocher et grossir les vices et les vertus.

Il met en évidence une société qui affirme une morale religieuse prétendante à l'accès au pouvoir pour diriger la société tout entière.

La libre pensée à découvert. Pour Dom Juan, il s'agit d'entrer en accord avec le monde par la séduction, coûte que coûte, ou en résistance contre la pression de l'ensemble d'une société qui refuse cet angle de vue.

Ses tentatives d'abattre le monstre seront pourtant vains et il échouera.

résumé

Dom Juan fait son cinéma : plans serrés sur sa liberté d’action ; plans larges sur les dévots ; plans panoramiques sur une société qui le pourchasse ; plans fixes sur la pensée unique.

Comme les axes en peinture, le propos est installé sur des lignes de forces d’un dispositif scénique original fait de voiles.

L’œil du spectateur est alors l’objectif d’une caméra qui se déplace dans l’espace scénique : abstraction des espaces, transparences, perspectives lointaines, chorégraphies des combats à l’épée, costumes contemporains pourtant atemporels.

Il rejoint d’autant mieux la dynamique de jeu des 3 comédiennes et 2 comédiens, ponctuée d’une musique aux accents rock écrite pour la pièce.

Un classique de la littérature et du théâtre français résonant d’un éclat tout actuel avec une mise en scène qui privilégie la dimension sociale et libertaire de l’œuvre :

Dom Juan débarque aujourd’hui avec sa libre pensée… réprimée durement !

La plus grande justesse de ton est donnée à la pièce de Molière.

© 2019 Compagnie Le Rouge et Le Vert 06 13 82 08 96 cie.rougeetvert@gmail.com