IMG_20201126_164406.jpg

ANTIGONE 2020

 une ré-écriture d'après les traductions du texte de SOPHOCLE
de THIERRY PAILLARD,

auteur, metteur-en-scène et comédien

 

 

L'auteur de la réécriture :

 

«  Dans cette réécriture, l'axe de compréhension est mis sur le rapport Antigone-Ismène, avec la question : comment s'y prend-on pour choisir de vivre ?

Sous-jacent le caractère indécidable du conflit Antigone-Créon, qui rejaillit entre les deux sœurs ; et jusqu'au soldat. La pièce ouvre la narration avec le personnage d'un mendiant qui situe l'histoire et l'auteur de l'histoire. L'histoire défile avec ses personnages et sa tragédie. Enfin, le mendiant conclut le conte par une morale empreinte d'appels à la liberté. »

Thierry Paillard.

 

Le philosophe :

 

« Plus d'une Antigone… Dans le contrepoint, et pour saluer l'Antigone de Thierry Paillard, je voudrais présenter le projet d'une réflexion philosophique sur la figure d'Antigone. Une nouvelle Antigone donc – une de plus ? A moins que la richesse du thème ne soit telle qu'il ne puisse y avoir une seule Antigone : il y a, c'est mon hypothèse, de toute nécessité, plus d'une Antigone. Comme si Antigone était vouée ou destinée à se répliquer, et en même temps, à se renouveler, à s'altérer, tout en demeurant reconnaissable à travers la multiplicité de ses figures. Pour aujourd'hui, la nécessité de « plus d'une Antigone », je voudrais tenter de la faire apparaître à travers une relecture des Remarques sur les traductions de Sophocle de Hölderlin, et je voudrais partir de cet éclairage pour avancer en direction de l'Antigone de Thierry Paillard, non pour la comprendre à partir de Hölderlin, mais pour tenter d'en saisir la variation singulière, pour entendre une différence d'accent. » Jean-Philippe Milet.

Présentation

cerclerouge.jpg

l'équipe

Mise en scène : T.Paillard

Décor : Sébastien

Costumes : collectif récup

Lumières : Odilon Leportier

Interprétation : Marion Pirault

                    Valérie Barral

                    Thierry Paillard

Création musicale : Ph. Festou

                      T.Paillard